3e, séquence 3 : Musique et cultures urbaines

Comment le rap s’imprègne-t-il d’autres styles musicaux ?

Une petite définition pour commencer : l’expression “cultures urbaines” regroupe les pratiques culturelles, artistiques, sportives issues de l’espace urbain. Cela concerne donc au niveau pictural : graffiti, light painting, street art (…) ; pour la danse et le sport, breakdance, hip-hop, roller, bmx, skate board (…) ; au niveau musical : hip-hop, rap, slam, beat box (…) et enfin au niveau vestimentaire, sneakers, streetwear (…). Le sujet est donc vaste !

Petite histoire du rap par Seb

 

Le métèque en trois versions

Un métèque, du grec ancien μέτοικος, métoikos, « celui qui a changé de résidence », est dans la Grèce antique, un statut intermédiaire entre celui de citoyen et d’étranger, réservé à des ressortissants grecs d’autres cités. Il y doit se soumettre aux mêmes obligations que les citoyens, mais ne bénéficie pas de la citoyenneté, donc du droit de vote.
C’est à la fin du XIXème siècle que le terme prend une connotation péjorative et désigne un étranger à l’aspect exotique qui n’inspire pas confiance. En français, le mot métèque a été utilisé dans un contexte xénophobe. Passé dans le langage courant, il est devenu une insulte désignant les immigrés et dans un sens plus large les étrangers résidant en France.

Les paroles des trois chansons

Le Métèque, de Rocé, album Identité en crescendo, 2006 et Le Métèque de Moustaki,  1969, la chanson française rencontre le rap

Rocé, de son vrai nom José Youcef Lamine Kaminsky, est un rappeur français né en 1977 à Bab El Oued en Algérie. Il est le fils du résistant Adolfo Kaminsky.

A l’origine Le Métèque est une chanson de Moustaki de 1969, mais aussi le titre de son album. Il y évoque ses origines grecques par les paroles mais aussi par la musique qui porte ces empreintes.

Chaque  couplet commence par :  “Avec ma gueule de métèque, / De Juif errant, de pâtre grec / Et mes cheveux aux quatre vents (…) ou  De voleur et de vagabond (…)”

La chanson de Rocé commence elle par un refrain : “Avec ma tête de métèque, de juif errant, de musulman/Ma carte d’identité suspecte, d’étudiant noir, de rappeur blanc (…)”

C’est la seule citation mais ô combien forte de la chanson de Moustaki.

D’un point de vue musical, Rocé utilise une boucle jazzye fondée sur un sample très court. L’aspect répétitif de celle-ci permet de mettre en valeur le texte extrêmement riche et le flow particulier de Rocé contraint par une métrique irrégulière. Lui-même dans L’un et le multiple écrit : “Métèque présent par l’esprit mais dont on ne veut voir que la chair/Pourtant je porte le centre, les périphéries, la phrase et la réplique/La rime lourde, le flow léger, difficile métrique/Piteux, précaire et artiste/J’ai le statut bas et fixe mais les tripes de faire la zic d’élite que mon ego mérite”.

Le Métèque, Joey Starr, album Gare au Jaguarr, 2006

Joey Starr reprend trois fois le sample du début de la chanson de Moustaki “avec ma gueule de métèque”au début, puis on l’entend au milieu de la chanson entre chaque couplet. Les paroles reprennent aussi quelques passages cultes “Avec mes yeux tout délavés qui me donnent l’air de rêver”. L’écriture tout en étant éloignée de celle de Rocé, s’en rapproche par son caractère incisif, au niveau métrique, les vers de Joey Starr sont plus court ; on retrouve dans les deux des rimes de fin de phrase, des rimes internes, des répétitions d’allitérations qui rythment le texte.

En résumé :

Joey Starr dans sa version utilise le scratch, le sample (échantillonnage) et une boîte à rythme, il fait également des citations de la chanson originale de Moustaki. Rocé, lui, utilise aussi le sample, et de Moustaki il ne conserve que la première phrase, tout en la modifiant déjà. Le thème traité est le métèque, les deux rappeurs relèvent une quête d’identité, le fait de se sentir toujours étranger au milieu où l’on vit. C’est un thème habituellement repris par les rappeurs (cf la vidéo de Seb la Frite). Akhénaton dans Métèque et Mat traite aussi du même sujet.

Les deux versions mêlent rap et chanson française.

Je me souviens, Ménélik ; Canon, Pachelbel… quand le rap rencontre la musique savante

Ménélik de son vrai nom Albert Tjamag, est un rappeur et producteur audiovisuel français, né le à Yaoundé, au Cameroun.

La chanson commence par de la musique savante, le Canon de Pachelbel puis ensuite on entend de la guitare.

La chanson de Ménélik se nourrit de musique savante. Pachelbel est un compositeur et organiste allemand du XVIIe siècle.

La tribu de Dana, Manau, album Panique celtique, 1998 ; Tri Martolod, Alan Stivell, 1972… le rap s’imprègne de musique traditionnelle

Le refrain est basé sur la mélodie traditionnelle bretonne Tri martolod, mais réutilise également l’arrangement créé et interprété par Alan Stivell. Manau est un groupe de hip-hop et de slam d’inspiration celtique français formé en 1998.

Tri martolod (Trois marins en breton) est une chanson traditionnelle bretonne, qui est aussi une danse. Les paroles commencent par l’histoire de trois jeunes marins et dérivent rapidement sur un dialogue amoureux.

Le projet musical

Jeune rappeur en quête de succès, vous allez participer à une scène ouverte dans cinq semaines… Pour cela vous écrirez un texte sur une des bandes son qui vous est mise à disposition dans l’ENT. Vous interpréterez publiquement et en îlot votre rap. Ceux qui auront conquis le public enregistreront leur premier single.

La chanson : Nouveau Western, MC Solaar, album Prose combat, 1993

MC Solaar, de son vrai nom Claude M’Barali, est un rappeur français né le au Sénégal. Il a réussi à rendre populaire le rap en France et fait partie des piliers du rap français des années 1990 avec des artistes comme IAM et Suprême NTM.

Il s’inspire de la chanson Bonnie and Clyde (1968) de Serge Gainsbourg, interprétée en duo avec Brigitte Bardot.

Les paroles de Nouveau Western

Et un enregistrement de la classe de 3eB promo 2016-17 :

Pour vous accompagner avec du beat box, je vous conseille la fiche de mon collègue sur Flipmusiclab.

Un petit exercice sur learning apps

C’est ICI

 

One Comment

  • Alice Bernard dit :

    Merci pour cette séquence, j’adore !!!!!!!!
    Mes élèves vont être ravis…depuis le temps qu’ils me réclament du rap.
    Les mises en parallèles sont très intéressantes et riches en terme d’apprentissages.
    Alice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *