Grand Corps Malade, slameur mais pas que…

Sidi vous en a parlé lors de la première séance du projet Starter, Grand Corps Malade est l’artiste qui a démocratisé le slam et le spoken en France.

Un parcours imprévu

Fabien, dit Grand Corps Malade, originaire du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis (93) est slameur, poète, chanteur, auteur, compositeur et interprète. Il découvre le slam en 2003 dans un bar de la place Clichy où il dit Cassiopée, son premier texte de scène, extrait :

“Une nuit d’été, nuit d’Juillet,
Une nuit qui transforme les rires d’enfant en cris de
douleur,
Les belles sérénités en grandes terreurs,
Les petits bien-êtres en gros malheurs,
Les vies trépidentes en existences fades et qui fait
qu’aujourd’hui,
J’suis un grand corps malade.
Pour moi,
Une nuit d’été, nuit d’Juillet,
Qui s’prolonge sur des tas d’années.
Dedans,
Un cerveau qui boue, qui cogne, qui crache et qui rage de
constater qu’à vingts piges,
on transforme un corps en cage.”

Texte intégral ICI

Dans ce premier texte scénique, il évoque l’accident de jeunesse qui a failli le clouer dans un fauteuil et qui lui a fait renoncer à une carrière de professeur d’EPS. Pendant 3 ans il va tourner dans les petits bars parisiens et devient un adepte des scènes ouvertes. Il remporte de grands tournois de slam.

Le slam : une rencontre inattendue avec le public

En 2006 il sort l’album Midi 20 et sa voix de basse envoute littéralement le public. Il reçoit deux victoires de la musique pour celui-ci (album révélation, et révélation scène de l’année).

Aujourd’hui il en est à son sixième album, Plan B, a sorti un livre en prose Patients, en 2012, autobiographique et un film adapté du livre du même nom en 2017.

Grand Corps Malade est venu en concert au Cèdre de Chenôve ce 10 mars 2018. Ambiance chaleureuse notamment avec sa première partie Ehla, Quant-à Fabien, c’était un régal d’envoutement, de rire, d’engagement, de poésie et d’émotions…